Souscrire à une société civile de placement immobilier ou SCPI doit se faire en fonction de plusieurs paramètres, dont votre profil. Ces produits pierre-papier n’ont pas tous les mêmes caractéristiques ni les mêmes objectifs. Comment établir votre profil afin de réaliser le meilleur choix quant à la constitution de votre portefeuille de patrimoine ?

Évaluer les risques en fonction de votre âge

Tout d’abord, les SCPI sont des produits qui ne garantissent pas votre capital à 100% : des risques de perte en capital sont à prévoir. Votre âge sera donc déterminant dans votre prise de décision, sachant que si vous êtes encore jeune, vous pouvez vous autoriser une certaine marge de risque. À l’inverse, soyez prudent si vous approchez l’âge du départ à la retraite.

Vous pouvez investir certes, mais dans des actifs à couple rendement-risques très raisonnable. C’est la société de gestion qui pourra vous informer en détail sur les risques encourus sur ses propres actifs, ainsi que sur leur rentabilité annuelle. Vous pouvez aussi découvrir les spécificités de chaque SCPI en ligne sur les sites spécialisés.

Quel est votre niveau de tolérance aux risques ?

Indépendamment de son âge, un individu n’a pas le même niveau de tolérance aux risques qu’un autre. En règle générale, les SCPI qui proposent un rendement élevé sont plus susceptibles de donner lieu à d’éventuelles pertes en capital. Ces risques proviennent en partie de la liquidité, du taux d’usure du bien, du taux d’occupation physique et financier ou encore de la valeur de la part qui peut fluctuer de manière imprévisible.

Analysez votre situation familiale et financière

Si vous êtes célibataire et sans enfant, vous pouvez vous permettre de dynamiser votre portefeuille de SCPI avec des actifs à hauts rendements. C’est-à-dire que vous êtes prêts à subir d’éventuelles pertes financières au fil des cycles immobiliers. Diminuez cependant votre prise de risque si vous êtes marié et avez des enfants à charge.

Vos décisions sur le choix de votre SCPI tiendront également compte de votre situation financière. Si vous ne disposez pas suffisamment de fonds et que vous investissez pour la première fois, préférez l’achat à crédit. Cette option permet en effet de jouir de l’effet de levier. Vous vous endettez certes, mais tirez profit du taux bas des organismes de crédit. Exemple : le rendement de votre SCPI est de 3,5% tandis que le taux de la banque relatif à votre emprunt est de 2%. Au total, votre rentabilité annuelle est de 1,5% pendant la durée de votre remboursement.

En revanche, si vous disposez d’un capital qui couvre plus ou moins les risques encourus sur vos actifs présents, vous pouvez acheter cash et profiter pleinement et de manière immédiate du rendement de votre SCPI.

Quel est votre objectif principal ?

Les SCPI ont différentes vocations les unes par rapport aux autres : certaines réduisent l’impôt sur le revenu, d’autres génèrent des gains à la revente des parts, d’autres encore permettent de profiter d’un taux de distribution élevé. De plus, elles ont vocation à anticiper la retraite du souscripteur, une fois hébergées dans un contrat d’assurance-vie. C’est le cas des SCPI de rendement. En résumé, les SCPI donnent lieu à la perception de revenus locatifs qui peuvent être utilisés immédiatement ou logés dans une épargne.

Quelles sont les échéances que vous vous êtes fixées ?

Note importante, sachant que chaque SCPI possède sa propre stratégie. Par exemple, les parts de SCPI de valorisation doivent être conservées pendant une période minimale de 8 à 10 ans ans afin d’apprécier leur véritable rentabilité. Les SCPI fiscales et de rendement peuvent être revendues au bout de 6 à 8 ans ou même plus si vous avez opté pour le financement à crédit.